2003 : 51 ème Congrès Mondial, l’Ile Maurice

Recommandations
Du 51ème Congrès Mondial FCEM
Centre de Conférences, Grand Baie, l’Île Maurice
Du 1 au 4 octobre, 2003

Nous les membres de l’Organisation « Femmes Chefs d’Entreprises Mondiales » FCEM, participant aux réunions de travail, conférences et Programme de partenariat du 51ème Congrès Mondial FCEM, organisé par l’AMFCE, du 1 au 4 octobre 2003 dans le centre de conférences Grand Baie à l’Île Maurice,

Les femmes entrepreneurs des associations nationales des pays de : l’Argentine, l’Australie, la Belgique, le Cameroun, le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Île Maurice, le Maroc, les Pays-Bas, la Russie, le Sénégal, l’Afrique du Sud, le Taiwan, la Tunisie, le Royaume-Uni, des États-Unis,

et les femmes entrepreneurs des associations nationales pays invités au congrès : l’Islande, le Madagascar, les Îles Comores, la Lituanie, Seychelles, Rodrigues, l’Île de la Réunion.

Recommandons les actions et les activités suivantes pour renforcer la croissance et le développement de l’entreprenariat féminin dans le monde entier et en particulier dans les pays en développement et en transition économique :

Renforcer la conscience du rôle des femmes dans le développement socio-économique Au niveau national et international par :

l’Amplification des activités et actions qui encouragent Les gouvernements à reconnaître et à promouvoir activement les compétences entrepreneuriales féminine afin de contribuer au développement économique durable de leurs pays respectifs.

Le Renforcement des campagnes de lobbying auprès des Nations Unies pour la déclaration « d’une Journée Mondiale des Femmes Entrepreneurs » qui serait célébrée le troisième vendredi du mois de mai chaque année dans le monde entier.

L’organisation d’un forum Mondial avec les principaux partenaires, les institutions internationales, représentants le gouvernement et les membres du Comité Mondial FCEM.

Le Partage des ‘’best practices » et l’introduction des programmes nationaux susceptibles d’avoir un impact direct sur les femmes entrepreneurs, comme la Banque de Solidarité Nationale tunisienne spécialisée dans le financement des micro-entreprises. La CNFCE, Tunisie encadrera le projet d’AMFCE pour la création d’un outil de micro-financement pour l’Île Maurice.

Renforcement des compétences et des réseaux d’Associations Nationales des femmes entrepreneurs afin de mobiliser et renforcer le développement de femmes Entrepreneurs par les actions suivantes :

 Entretenir le dialogue avec les Institutions Internationales et régionales qui ont participé au 51ème Congrès Mondiales FCEM : Union européenne (UE), Organisation Internationale du Travail (OIT), la Banque Africaine de Développement (BAD), le Programme de Développement de Nations Unies (PNUD), Société de Services de Gestion Africaine (AMSCO), Commission de l’Océan Indien (COI) pour établir des programmes appropriés et renforcer la capacité des associations nationales à promouvoir et renforcer l’influence des femmes entrepreneurs :

 Assister les associations nationales des femmes chefs d’entreprises dans la création, le renforcement et le développement de l’initiative entrepreneuriale dans tous les pays en développement et transition par :

L’organisation de forums Régionaux et ateliers en collaboration avec les institutions et les agences Internationales.

Le partage et l’échange d’expériences et d’informations entre Les associations nationales FCEM des pays développés et ceux des pays sous développés à travers des dialogues directs pendant les réunions FCEM et moyennant la Plate-forme FCEM – C and Go.

La fondation d’un Fonds de Solidarité FCEM pour le développement des Associations Nationales de Femmes entrepreneurs et pour fournir l’aide aux associations affectées par des circonstances exceptionnelles.

L’adoption, l’adaptation et la promotion du code éthique créé par l’association italienne AIDDA par les associations nationales FCEM. l’AMFCE, Île Maurice est la première association à avoir adopter le code éthique.

Le raffermissement de la compétitivité des femmes chefs d’entreprises, par :

Le prolongement des Programmes de partenariat FCEM, basés sur le modèle présenté au 48ème Congrès Mondial FCEM et qui a été adapté et utilisé pour le 51ème Congrès Mondial FCEM au Grand Baie, l’Île Maurice.

La promotion du portail FCEM et de la Plate-forme FCEM -C and Go:

Ce dernier est un espace Internet multilingue, totalement sécurisée avec un Extranet comprenant des bureaux virtuels équipés de plusieurs outils de communication et de gestion, d’un forum de discussions pour l’échange d’idées et d’informations en temps réel, d’un Moteur de recherche de pointe pour la veille stratégique et l’accès aux programmes de formation sur la gestion d’entreprises.

°Le portail FCEM fournit des liens virtuels donnant accès à la plate-forme associative FCEM ainsi qu’à la plate-forme entrepreneurs C and go celle-ci est un outil économique efficace, pour les femmes entrepreneurs individuelles pour la gestion de leurs sociétés, le renforcement de leur compétitivité et l’expansion de leurs affaires au niveau international.

La promotion du « Catalogue de Partenariat » des femmes entrepreneurs (la base de données des femmes entrepreneurs inscrites à la plate-forme C and Go du site web portail FCEM.

L’établissement de subventions pour l’abonnement à la Plate-forme FCEM -C and GO pour les femmes entrepreneurs de pays en voie de développement et en transition.

Le renforcent de l’information et la diffusion des connaissances culturelles des différentes associations FCEM.

Le partage et la diffusion des programmes « d’encadrement et de formation » pour les femmes entrepreneurs tout au long du cycle de vie de leur entreprise. Le programme de « mentoring » de VdU peut être reproduit comme un exemple dans d’autres pays.